About Islam
Islamic Pillars
Prophetic Tradition
Islamic Encyclopedia
Non-Muslims
Legislation
Creed
Prophet's Stories
Islamic history
Islamic Architecture
Library
Islamic conferences
Islamic conferences
   Confrences \ la 11me Confrence:Vers Un Project Civils Pour La Renaissance Du Monde
                             Musulman
 
La solidarit sociale Par Cheik El Hadj Mory Sidibe, Mali

LA SOLIDARITE SOCIALE
Par Cheik El Hadj Mory Sidibe, Mali
A. NOTION DE LA SOLIDARITE SOCIALE EN ISLAM
I. PRINCIPES QUI SOUSTENDENT LA SOLIDARITE EN ISLAM:
L'Islam est la religion de l'Unit.
La solidarit est un des ciments de cette unit.
1. Unit de Dieu:
C'est le mme Dieu qui a tout cr et tout lui doit obissance.
Et Votre Divinit est une divinit unique. Pas de divinit part lui, le Tout
Misricordieux le trs Misricordieux (Coran II 163).
2. Unit des Religions et des Prophtes:
Dieu appelle la soumission lui Dsirent-ils une autre religion que celle d'Allah,
alors qui se soumet lui bon gr malgr, tout ce qui existe dans les cieux et sur la terre et
que c'est vers lui qu'ils seront amens .
Dis Nous croyons en Allah, ce qu'on a fait descendre sur nous, ce qu'on a fait
descendre sur Abraham, Ismal, Issac, Jacob et les tribus et ce qui a t apport
Mose, Jsus et aux Prophtes de la part de leur seigneur: nous ne faisons aucune
diffrence entre eux ; et c'est lui que nous sommes soumis . (Coran III 83, 84).
3. Unit de l'humanit et des nations:
Dieu a tabli les hommes en nation pour leur permettre une connaissance mutuelle
par la coopration et l'entraide.
? hommes ! Nous vous avons crs d'un mle et une femelle, et nous avons fait de
vous des nations et des tribus, pour que vous vous entreconnaissiez. Le plus noble d'entre
vous, auprs d'Allah est le plus pieux. Allah est certes omniscient et grand connaisseur
(Coran XLIX 13).
4. Communaut et fraternit des croyants:
Les croyants sont frres et solidaires et forment la meilleure communaut.
Les croyants ne sont que des frres. Etablisez la concorde entre vos frres et
craignez Allah, afin qu'on vous fasse misricorde. (Coran XLIX 10).
Que soit issue de vous une communaut qui appelle au bien, ordonne le convenable
et interdit le blmable, car ce seront eux qui russiront . (Coran III, 104).
Vous tes la meilleure communaut qu'on ait fait surgir pour les hommes. Vous
ordonnez le convenable, interdissez le blmable et croyez Allah .(Coran III, 110).
5. La dignit de l'homme:
Dieu anobli l'homme.
Certes, nous avons honor les fils d'Adam. Nous les avons transports sur terre et
sur mer, lui avons attribu de bonne chose comme nourriture et nous les avons nettement
prfrs plusieurs de nos cratures (Coran XVII 70).
Il a t tabli comme son lieutenant sur terre.
Lorsque ton Seigneur confia aux Anges Je vais tablir sur la terre un Lieutenant...
(Coran Il 30).
Et lorsque nous demandmes aux Anges de se prosterner devant Adam, ils se
prosterneront l'exception d'Iblis qui refusa, s'enfla d'orgueil et fut parmi les infidles
(Coran Il 34).
L'homme ne possde quoi que ce soit qu'au titre de cette lieutenance.
Croyez en Allah et en son messager et faites largesse de ce sur quoi il vous a donn
la lieutenance (Coran LXII 7).
C'est lui qui a cr pour vous tout ce qui est en terre (Coran Il 29).
il a soumis votre service tout ce qui est dans les cieux et en terre, le tout venant
de Dieu (Coran XLV 13).
Ne voyez-vous pas que Dieu a soumis votre service ce qui est dans les cieux et en
terre et vous a combls de ses bienfaits apparents et cachs (Coran XXXI 20).
L'homme doit les utiliser en fonction des prescriptions de Dieu.
La justice et la solidarit figurent dans le CORAN avec une telle insistance qu'elles
apparaissent comme des devoirs sacrs individuels et collectifs pour les musulmans.
La communaut musulmane est collectivement garante de l'institution d'un climat
de srnit, d'union entre les musulmans et du respect de la dignit de l'homme.
Ne confiez pas aux insenss les biens que Dieu vous a donn pour votre
subsistance (Coran IV 5).
Il. PRESCRIPTIONS ET MECANISMES DE BASE DE LA SOLIDARITE
SOCIALE EN ISLAM:
1. La Zakat:
L'Islam a institu la Zakat improprement appele aumne car elle est un devoir
pour le riche et un droit pour les ncessiteux. Elle purifie les riches, assure le besoin des
pauvres et ncessiteux et par cela rend les membres de la communaut solidaires dans le
cadre de leur dveloppement conomique. En effet, ce dveloppement profite tous par
l'intermdiaire de la Zakat.
Et sur les biens, il y a un droit au mendiant et dshrit (Coran LI 19) (Coran
LXX 24, 25).
Prlve de leurs biens une sadaga par laquelle tu les purifies et les biens et prie
pour eux. Ta prire est une quitude pour eux (Coran IX 103).
Il ne leur a t command, cependant que d'adorer Allah, lui vouant un culte
exclusif d'accomplir la salt et d'acquitter la Zakat et voil la religion de droiture
(Coran XCVIII 5).
Et accomplissez la salt, et acquittez la Zakat et inclinez-vous avec ceux qui
s'inclinent (Coran Il 43).
2. La Paix Sociale et l'entente entre les musulmans:
Dieu ordonne d'tablir la concorde entre les croyants qui sont tous frres (Coran
XLIX 10).
Les croyants et les croyantes sont allis les uns des autres. Ils commandent le
convenable et interdisent le blmable, accomplissent la salt, acquittent la Zakat et
obissent Allah et son Messager . (Coran IX 71).
L'Islam proscrit tout ce qui porte atteinte l'unit des musulmans.
Et cramponnez-vous tous ensemble la corde d'Allah et ne soyez pas diviss...
(Coran III 103).
Et que ne soyez pas comme ceux qui se sont diviss et se sont mis disputer aprs
que les preuves leur furent venues, et ceux l auront un norme chtiment (Coran III
105).
L'Islam apparat aujourd'hui bien faible au niveau mondial et dans beaucoup de
pays quand bien mme les musulmans y sont majoritaires et cause de leur division.
Plus de la moiti des pays classs parmi les moins avancs appartiennent au monde
islamique qui reprsente pourtant
- 20% de la population mondiale
- 20% de la superficie de la plante
- 50% du ptrole mondiale
- 40% des exportations des matires premires.
Malgr cela, son PNB n'est que de 4,5% du PNB mondial et ses exportations ne
reprsentent que 7% du niveau mondial. Ces chiffres sont de 1992.
? vous qui avez cru qu'un groupe ne se raille pas d'un autre groupe. Ceux-ci sont
peut-tre meilleures qu'eux. Et que les femmes ne se raillent pas d'autres femmes, celles-ci
sont peut tre meilleures qu'elles. Ne vous dnigrez pas et ne vous lancez pas
mutuellement des sobriquets. Quelle vilaine chose que d'accuser quelqu'un de pervers
aprs qu'il a cru (Coran IL 11).
Il est facile de voir que beaucoup reste encore faire dans le cadre de ce verset.
3. Symbiose entre l'individu et la communaut:
Le Prophte Mohammad (PSL) a dit dans un Hadith L'image des croyants dans les
liens d'amour et de misricorde et de compassion qui les unissent les uns aux autres est
celle d'un corps : ds que l'un de ses membres se plaint de quelque mal, tout le corps
accourt son secours par la veille et la fivre . Selon un autre Hadith du prophte
Mohammad (PSL), la rconciliation est plus mritoire que la prire, le jene, l'aumne
car les relations qui se dtriorent est un flau qui rase tout sur son passage.
4. Solidarit mais dans l'quit et la justice
L' Islam rejette la discrimination.
? les croyants ! Soyez stricts envers Allah et des tmoins quitables. Et que la
haine d'un peuple ne vous incite pas tre injustes. Pratiquez l'quit: cela est plus
proche de la pit et craignez Allah. Car Allah est certes parfaitement cennaissance de ce
que vous faites (Coran V, 8).
Si deux groupes de croyants se combattent, faites la conciliation entre eux. Si l'un
deux rebelle contre l'autre, combattez le groupe qui se rebelle jusqu' ce qu'il se conforme
l'ordre d'Allah. Puis s'il s'y conforme, rconciliez-les avec justice et soyez quitables car
Allah aime les quitables (Coran IL, 9).
Entraidez-vous dans la charit et pit et ne vous entraidez pas dans le pch et la
transgression. Et craignez Allah car Allah est certes dur en punition (Coran V, 2).
5. Soutien des faibles:
Et qu'avez-vous ne pas combattre dans le sentier d'Allah et pour la cause des
faibles. Hommes, femmes et enfants qui disent Seigneur. Fais nous sortir de cette cit
dont les gens sont injustes et assigne-nous de Ta part un alli et assigne-nous de Ta part
un secours. (Coran IV, 75).
La solidarit en Islam impose individuellement et collectivement la communaut
l'obligation d'assurer ses membres une existence l'abri du besoin tout en prservant la
dignit que Dieu a accorde aux fils d'Adam.
Il rend chaque musulman responsable de son frre, de sa vie, de ses biens.
Au nom d'Allah, le Tout Misricordieux, le trs Misricordieux:
Vois-tu celui qui traite de mensonge la distribution.
C'est bien lui qui repousse l'orphelin.
Et qui n'encourage pas nourrir le pauvre.
Malheur donc ceux qui prient.
Tout en ngligeant leur salt.
Qui sont pleins d'ostentation.
Et refusent l'ustensile. (Coran Sourate CVII)
B. ROLE DE L'ETAT DANS L'ETABLISSEMENT DE LA JUSTICE SOCIALE:
Le Mali est une Rpublique dmocratique laque et sociale.
La Constitution reconnat tous les citoyens le droit l'ducation, l'instruction, la
formation, le travail, le logement, les loisirs, la sant et la protection sociale.
L'enseignement public est obligatoire, gratuit et lac. L'enseignement priv est
reconnu et s'exerce dans les conditions dfinies par la loi.
La libert syndicale et le droit de grve sont garantis.
Le Mali fait partie des pays les plus pauvres du monde.
Les ressources de l'Etat ne suffisent pas assurer la couverture minimale des
besoins fondamentaux des citoyens. Le Gouvernement a dcid de faire plus de place aux
acteurs non tatiques.
Les circonscriptions administratives ont fait place aux communes rurales ou
urbaines, aux cercles et aux rgions riges en collectivit territoriales dcentralises
dotes de la personnalit morale et de l'autonomie financire. Des pouvoirs de dcision
leur ont t dlgus pour les activits d'intrts local ou rgional.
L'objectif de l'Etat travers la mise en place d'un environnement conomique,
lgal, institutionnel est l'auto-promotion conomique et sociale des populations.
Le Mali a opt en consquence pour une politique de privatisation et de
libralisation de l'conomie. L'Etat s'est assur un rle d'orientation, d'agrment,
d'arbitrage et de contrle. Il intervient notamment
- Dans la rpartition des fruits de la croissance
- D la couverture des besoins fondamentaux des citoyens
- De l'tablissement de la paix sociale.
L'approche mutualiste en tant que forme de solidarit organise constitue une des
stratgies de la mise en oeuvre de la politique sociale du Gouvernement. Ce dernier, en
plus, a fait du dveloppement de la solidarit, de l'entraide et de la prvoyance, une
alternative permettant aux populations de s'organiser pour accrotre leur revenu et
amliorer leurs conditions de vie. La politique sociale du Gouvernement s'est traduite
contrtement comme suit dans les domaines suivants
I. L'EMPLOI:
L'ajustement structurel auquel le Mali s'est soumis comme beaucoup d'autres pays
ne lui laisse pas beaucoup de possibilits en matire de recrutement dans la fonction
publique. C'est au niveau du secteur priv que les emplois sont crs. Cependant, les
collectivits territoriales ont un grand besoin en matire d'assistance technique et de
formation pour leur permettre de faire face leurs responsabilits.
S'inspirant d'une tradition de bnvolat propre sa culture et pour palier
l'insuffisance du personnel au niveau de structures communautaires, le Gouvernement a
mis en place un programme de volontariat.
Il s'agit de mobiliser des jeunes gens qui de leur plein gr ont dcid de consacrer
aux populations les plus dfavorises quelques annes de leur vie. Ils ne reoivent qu'une
prise en charge consistant une allocation mensuelle et le logement. Trois projets ont dj
vu le jour dans ce cadre
a) Le projet volontaire de l'ducation permet d'encadrer plus de 50.000 enfants
chaque anne.
b) Le projet appui la lutte contre la pauvret par le volontariat national vise aider
les populations pauvres ou en difficults amliorer leurs capacits d'auto-promotion
(femmes, jeunes sans emploi, artisans, handicaps et personnes ges). Le projet, travers
les jeunes volontaires, accorde son assistance 100 communauts dans le cadre d'activits
gnratrices de revenus et des actions dans les domaines de l'alphabtisation, de la
prvention du SIDA, d'hygine et d'assainissement et de protection de l'environnement.
c) Le projet volontaire du dveloppement rural assiste les populations des zones
dsertiques aux techniques de la lutte contre l'ensablement.
Il. LE SALAIRE MINIMUM:
Le Gouvernement a institu un salaire minimum interprofessionnel garanti de
26.000 F CFA.
III. LA PENSION DE RETRAITE:
Les pensions de retraite sont assures par deux organismes l'ensemble des
travailleurs
- La Caisse Nationale de Retraites pour les fonctionnaires
- L'Instituts National de Prvoyance Sociale (INPS) pour les autres travailleurs.
Ces deux organismes sont aliments par des cotisations des travailleurs et des
employeurs.
IV. La politique en direction des personnes ges
Les personnes ges bnficient de la gratuit ou de demi tarif des prestations dans
les Etablissements de diagnostic de soins et d'hospitalisation relevant de l'Etat.
Le Gouvernement a construit pour les personnes ges un Etablissement
dnomm Maison des Ans , il comprend un centre de recherche en matire de
gronto griatrie, le sige du conseil National des personnes Ages et un caftria. Les
personnes ges sont en effet associes la vie de la nation travers un organisme qui
les regroupe et les reprsente dnomm Conseil National des Personnes Ages .
Ils ont la priorit dans les files d'attente aussi bien au niveau des structures
prives qu'tatiques et cela grce un effort de sensibilisation mene par les autorits.
Un espace spcial leur est amnag au niveau de certaines de ces structures.
Les personnes ges habitent en famille largie conformment la conception
malienne en matire de famille.
V. L'Enseignement:
Le Mali a inscrit la gratuit de l'enseignement public dans sa Constitution et
accorde la priorit au dvloppement des ressources humaines et notamment
l'ducation. L'enseignement est gratuit tous les niveaux savoir l'enseignement
fondamental qui s'tend sur 9 ans, l'enseignement secondaire sur 3 ans et
l'enseignement suprieur. Le Gouvernement accorde des bourses partir de
l'enseignement secondaire.
Des actions de promotion ont t faites en direction du secteur priv qui
apparat comme complmentaire au secteur public. Les lves des deux secteurs
obtiennent les mmes diplmes.
12 15%des enfants sont ainsi scolariss au niveau des medersas qui enseignent
l'Arabe. L'utilisation des langues nationales a t introduite dans l'enseignement
ct du franais qui est la langue officielle.
Des actions d'alphabtisations notamment dans les langues nationales sont
menes jusqu'au niveau des villages en direction de ceux qui ont dpass l'ge
scolaire.
VI. La Sant :
Dans le cadre de la politique sectorielle de sant, le Gouvernement compte tenu
de ses ressources limites a dcid:
- De confier aux collectivits locales une plus grande responsabilit en matire
de sant et d'actions sociales
- De la diffrenciation des rles et des missions des diffrents chelons de sant.
Dans ce cadre, l'administration sanitaire s'est dconcentre sur deux chelons ; le
premier chelon concerne la rgion et le cercle et le 2 chelon au niveau de la base.
- De garantir la disponibilit et l'accessibilit des mdicaments essentiels
- De la participation de la communaut la gestion du systme et la
mobilisation des ressources.
a) Centre de Sant Communautaire:
La politique esquisse ci-dessus a permis aux populations qui le souhaitent de
crer des centres de sant communautaires pour rpondre leurs problmes sous
rserve de s'organiser en association de sant communautaire et de reprsenter au
moins l0% de la population de l'aire de sant.
Le centre de sant communautaire est compos d'un dispensaire, d'une
maternit et d'un dpt de mdicaments essentiels.
b) Financement des services socio-sanitaires et des centres de sant
communautaire:
Les dpenses d'investissement au niveau des services socio-sanitaires sont
finances par l'Etat.
Les dpenses d'investissement au niveau des centres communautaires sont
finances par les collectivits et l'Etat. Les frais de fonctionnement de ces diffrentes
structures sont financs par les populations travers un systme de recouvrement, les
taxes locales et la subvention de l'Etat.
c) Gestion:
Les populations sont associes la gestion aussi bien que des centres de sant
communautaires que des services socio-sanitaires par leur reprsentation au niveau
de leurs structure de gestion.
d) La politique des mdicaments essentiels (mdicaments dnomination
internationale):
Les mdicaments essentiels en dnomination commune internationale, ractif,
produits usage Odonto -Stomatologique, produits et matriels de diagnostic et de
soins l'usage de la mdecine humaine ainsi que les matires importes entrant dans
leur fabrication sont exonrs des droits et taxes. Leurs listes sont arrtes et
rvisables tous les deux ans.
C. Role des Institutions prives
I. La Zakat:
Au Mali, il n'y a pas encore une institution charge de prlever la Zakat et de sa
distribution conformment la loi islamique. La Zakat est prleve individuellement
et c'est gnralement au niveau de la famille largie qu'elle est attribue. Elle sert
quelquefois aider la construction de mosques et de Mdersas. On voit qu'un tel
systme ne permet pas toujours le respect des prescriptions divines.
Aussi, les associations islamiques du Mali regroupes au sein de la Coordination
des Associations Islamiques du Mali envisagent la mise en place d'une institution
charge de la Zakat et d'appui au dveloppement social et conomique auprs des
populations.
Cette institution aura notamment comme mission:
- D'assurer la collecte et l'utilisation de la Zakat conformment aux
prescriptions divines
- De promouvoir les programmes de dvloppement et les projets destins
amliorer les conditions de vie des populations notamment les couches sociales
dfavorises
- De contribuer la consolidation de l'Islam, notamment par des actions de
formation et de sensibilisation.
La solidarit islamique se fait sentir au Mali surtout l'occasion du ramadan et
des ftes religieuses.
Depuis quelques annes, la coordination des associations Islamiques du Mali
organisent une opration de collectes de viande au niveau des mosques l'occasion
de la fte de l'Ad El Kbir. Cette viande est distribue aux ncessiteux, aux hpitaux
et dans les prisons.
Il. Les Associations caractre coopratif
L'esprit de solidarit traditionnelle au Mali qui est d'inspiration islamique s'est
traduit par la cration et le dveloppement d'un certain nombre d'organismes
d'entraide. Le Mali est 90% musulman. La vie sociale et familiale et le code malien
du mariage s'inspirent largement de l'Islam. Les organismes que nous voquons ci-
aprs sont des regroupements de personnes de droit priv jouissant de la personnalit
morale et de l'autonomie financire.
Elles sont bases sur des principes de solidarit dans le cadre d'un objectif
conomique, social et culturel. Elles n'ont pas de but lucratif. Elle agissent titre
gratuit en qualit de mandataire de leurs membres.
a) Les Mutuelles:
Elles assurent au moyen des cotisations de leurs membres une action de
prvoyance, de solidarit et d'entraide et notamment
- La prvention des risques sociaux
- La protection de la famille
- L'amlioration des conditions de vie.
Elles sont habilites crer des Etablissements caractre sanitaire, mdico-
social ou culturel.
b) Les Socits coopratives:
Les socits d'entraide au travail ont toujours exist au Mali. Les socits
coopratives en sont la forme moderne. Elles n'ont pas de but lucratif et ont pour
objet la cration d'une entreprise par ses membres qui la grent en prenant en
commun les risques et les avantages.
c) Les systmes financiers dcentraliss :
Ce sont des institutions d'pargne et de crdit mises en place par les populations pour
leur auto-promotion conomique et sociale. Il s'agit de mutuelles, de caisses
villageoises d'pargnes de crdit ou de systmes de crdits solidaires.
Ce secteur de la micro-finance connat un dveloppement spectaculaire.
Le montant des dpts collects a progress de 30% entre 1996 et 1997
s'tablissant au 31/12/1997 prs de 6 500 Millions de Francs CFA. Pendant la mme
priode leur clientle avait un taux de croissance de 44%
Malgr leurs ressource limites, ces organismes ont le mrite d'tre proche de
leurs clients, d'avoir une meilleure connaissance du milieu et de prsenter des
modalits d'intervention adaptes. Leur taux de recouvrement varie entre 81 et 99%.
III. La solidarit internationale
C'est dans le monde islamique que l'objectif des Nations Unies demandant aux
pays nantis de consacrer 0,95% de leur PIB l'aide internationale a t atteint et
souvant dpass au moment o les pays du Nord atteignent pniblement les 0,53%. Le
Mali a bnfici et continue de bnficier de cette aide qui se fait d'Etat Etat pour
l'essentiel.
Lorsque l'aide est dirige sur les populations musulmanes, son domaine se limite
souvent la construction de mosques et l'enseignement de la religion.
Trs souvent tre musulman est synonyme de pauvret et de marginalisation.
Les sortant des Mdersas trouvent difficilement du travail : la langue officielle au
Mali tant le franais.
Une aide destine la promotion des populations permettrait de corriger cette
anomalie.
es de s'entre connatre s'adresse aux Gouvernements mais galement aux peuples.
? hommes ! Nous vous avons crs d'un mle et d'une femelle et nous vous avons
fait de vous des nations et des tribus. Le plus noble d'entre vous auprs d'Allah est le
plus pieux. Allah est certes omniscient et grand connaisseur (Coran XCIX, 13).
BIBLIOGRAPHIE
- Le Saint Coran et la traduction en langue Franaise du sens de ses versets.
Revis et Edit par la Prsidence Gnrale des Directions des Recherches
Scientifiques Islamiques de l' IFTA, de la Prdication et de l'Orientation Religieuse
du Royaume de l'Arabie Saoudite.
et l'illicite en Islam du Dr. Yousef Quardhaoui, Traduction du Dr. Salaheddine
Kechrid.
- L'Etat Islamique Ses perspectives et ses caractristiques par EL Hadj Cheick
Tour.
Ahmed Bager El-Sadr traduit par Abbas Ahmad M Bostani. - Journal Afrique
Echange (Septembre, Octobre 1992).




 
Main Page Contact Us Links About Us Site Map