About Islam
Islamic Pillars
Prophetic Tradition
Islamic Encyclopedia
Non-Muslims
Legislation
Creed
Prophet's Stories
Islamic history
Islamic Architecture
Library
Islamic conferences
Islamic conferences
   Confrences \ la 11me Confrence:Vers Un Project Civils Pour La Renaissance Du Monde
                             Musulman
 
Recommandations

"Vers un projet Civilis pour la renaissance du
monde musulman"
Recommendations
Les musulmans ont russi sur la base des enseignements de leur religion
riger une civilisation prospre qui a illumin de longues sicles. Le colonialisme a
tent d'liminer son identit, mais elle a russi par sa foi, sa culture et son histoire
sauvegarder son identit et son existence. Mais ses forces ont t puises cause des
problmes post-coloniaux qui l'ont occupe, ainsi que les nombreuses causes
secondaires qui ont pris le pas sur son souci de dveloppement, et l'ont empche de
s'intresser au dveloppement de sa civilisation.
Cette situation a entran l'interruption culturelle, le dsquilibre et la
perturbation de ses orientations et de ses tentatives visant sortir de cette impasse.
Ce qui signifie que l'ensemble de l'Umma avait besoin d'une stratgie pratique,
claire, aux objectifs dtermins, ralisable, tenant compte de la ralit et s'loignant
de l'imaginaire, prservant l'identit de la civilisation de l'Umma et ne l'isolant pas
de notre monde contemporain. Ceci a incit le Ministre des Wakfs de la Rpublique
Arabe d'Egypte tenir la Xlme Confrence Gnrale du Conseil Suprieur des
Affaires Islamiques sous le titre de
Vers un projet Civilis pour la renaissance
du monde musulman
Du 8 au 11 Rabi Awal 1420
22 - 25 juin 1999, Le Caire
Sous les auspices du Prsident Mohammad Hosni Moubarak Prsident de la
Rpublique Arabe d'Egypte, la prsidence honoraire de son Eminence le grand
Imam Docteur Sayed Tantawi, Cheikh d'Al-Azhar, a prsid la confrence M. le
Ministre des Wakfs, prsident du Conseil Suprieur des Affaires Islamiques, Dr.
Mahmoud Hamdi Zaqzouq. Ont particip la Confrence les reprsentants des
Etats, des organisations et des institutions suivantes:
Premirement: les Etats Arabes:
1-Jordanie 2-Erythre 3-Emirates Arabes Unies
4-Bahrain 5-Tchad 6-Tunisie
7-Algrie 8-Arabie Soudite 9-Soudan
10-Syrie 11-Iraq 12-Oman
13-Palestine 14-Quatar 15-Koweit
16-Liban 17-Lybie 18-Egypte
19-Maroc 20-Mauritanie 21-Ymen
Deuximement: les Etats Africains:
1-Ethiopie 2-Ouganda 3-Burkina Faso
4-Gabon 5-Afrique du Sud 6-Zimbabwe
7-Sngal 8-Congo Brazaville 9-Congo Dmocratique
10-Kenya 11 -Mali 12-Nigria
Troisimement: les Etats Asiatiques:
1-Azerbaidjan 2-Ouzbkistan 3-Iran
4-Pakistan 5-Thailande 6-Sri Lanka
7-Singapour 8-Chine 9-Kazakhastan
l0-Maldives 11-Malaisie 12-Inde
Quatrimement: les Etats Europens:
1-Espagne 2-Albanie 3-Allemagne
4-Italie 5-Bretagne 6-Belgique
7-Bulgarie 8-Bosnie Herzgovine 9-Turquie
10-Russie 1l-Sude 12-Suisse
13-France 14-Autriche 15-Hollande
16-Grce
Cinquimement: les Amriques:
1-Brsil 2-Canada 3-Les Etats-Unis d'Amrique
Siximement: les organisations et les institutions islamiques
mondiales:
- Organisation de la Confrence Islamique
- Conseil Islamique Mondial pour la da'wa et l'assistance
- Ligue du Monde Islamique
- Ligue des Pays Arabes
- Organisation de L'ISESCO
- Fdration des Musulmans d'Amrique
- Organisation de la Confrence du Monde Islamique
- Comit Mondial de la Femme et de l'Enfant - Londres
La Confrence a t inaugure par une allocution de M. le Prsident
Mohammad Hosni Moubarak, Prsident de la Rpublique Arabe d'Egypte,
prononce en son nom par Dr. Mahmoud Hamdi Zaqzouq, Ministre des Wakfs et
Prsident du Conseil Suprieur des Affaires Islamiques.
Au cours de la Sance d'ouverture, des allocutions ont t prononces par Son
Eminence le Grand Imam Mohammad Sayed Tantawi, Cheikh d'Al-Azhar, Sa
Saintet le Pape Chenouda III Pape d'Alexandrie et Patriarche du sige de Saint
Marc, Dr. Mahmoud Hamdi ZaqzouqMinistre des Wakfs et Prsident du Conseil
Suprieur des Affaires Islamiques et Dr. Abdel-Sabour Marzouk Rapporteur
gnral de la Confrence. A galement prononc une allocution au nom des
dlgations Dr. Nasser El-Din Al Assad prsident du Centre Royal de Recherche sur
la Civilisation Islamique (Moassassat Al Beit) au Royaume Hachmite de Jordanie.
La Confrence a poursuivi ses sances et a discut les 70 documents prsents
par les participants en arabe, anglais et franais. Les principaux thmes taient
Premier thme : le domaine culturel
Deuxime thme : le domaine social
Troisime thme le domaine conomique
La Confrence a constitu un Comit de Rdaction, sous la prsidence du Dr.
Soufi Abou Taleb et compos de reprsentants des dlgations participants, charg
d'tablir un projet de recommendations conformment l'allocution du prsident de
la Rpublique, aux documents prsents et aux rsultats des discussions. Le Comit a
tabli le projet de recommendations suivants:
Premirement: le Domaine Culturel:
1. Mthode de travail
Plusieurs courants intellectuels secondaires ont influenc la culture islamique.
Le plus important tait la conformit absolue aux textes et la comprhension errone
de la foi dans les mystres divins de mme que les dbordements dans le
comportement et l'extrmisme qui ont donn lieu au dchirement de l'Umma et sa
dcadence militaire, son retard conomique et l'interruption de la recherche
scientifique et technologique. Par consquent, la conformit la modration
islamique est l'issue sre qui permettra l'Umma de se relever de sa chute,
recouvrant ainsi son unit et sa capacit de progresser ainsi qu'il en tait au temps
du prophte, des Califes Rachidines et des res de prosprit culturelle islamique. A
cet gard, la Confrence a adopt les recommendations suivantes:
a) uvrer ce que l'Umma reprenne conscience des traditions et des lois
divines relatives l'lvation et la chute des Etats, la prosprit et la dcadence des
civilisations afin de s'en inspirer dans tous les domaines.
b) Adopter la modration islamique connue en tant que mthode de pense et
de comportement.
c) La Confrence met l'accent sur la capacit de la civilisation islamique aller
de pair avec le progrs culturel contemporain en le complmentant sur le plan de la
foi et de la morale indispensable l'humanit.
d) De mme qu'elle souligne le rle continuel de la culture islamique en vue
d'assembler et d'unifier l'Umma malgr les diffrences entre ses enfants et leur
dispersion dans les nombreux Etats.
e) La ncessit d'uvrer en vue de l'application des rgles et des systmes que
comporte la civilisation islamique en ce qui concerne les droits de l'homme et la mise
en uvre du principe de l'galit tout en essayant d'liminer toutes les contraintes
qui s'y sont infiltres d au colonialisme occidental et l'idologie Marxiste.
2. La Shari'a islamique est considre comme une des caractristiques de la
culture islamique et cet gard la Confrence recommande ce qui suit
a) Confrer plus d'importance l'tude de la Shari'a et en faisant une tude
compare afin de reconnatre les points de divergence et de convergence.
b) Donner plus d'importance l'tude des matires coraniques et de la Sunna
du prophte ce qui offre au musulman ordinaire une culture islamique approprie.
c) Renfermer la coopration et la coordination entre les diffrents centres et
institions s'occupant de la shari'a islamique afin d'encourager le Djihad individuel et
collectif en vue de parvenir des solutions aux problmes de la vie contemporaine et
de prserver les dispositions de la shari'a vis--vis de la mondialisation juridique.
d) La ncessit d'uvrer au rapprochement des sectes islamiques, et convenir
d'une doctrine reprsentable dtermine en ce qui concerne les ventuelies
divergences d'opinions.
e) Simplifier les procdures des procs intents devant les tribunaux et utiliser
les moyens appropris en vue de crer un tribunal islamique adapt au recours
croissant l'arbitrage international.
3. Etant donn que la langue arabe (langue du Saint Coran) est l'essence de
l'Umma islamique, la marque de son identit, le trait d'union entre les gnrations
successives et le moyen ncessaire pour prserver le patrimoine culturel et la
civilisation de l'Umma islamique, la Confrence recommande ce qui suit:
a) uvrer faire et rciter centaines parties du Saint Coran aux lves un
ge prcoce au cours toutes les tapes de l'enseignement civil et religieux afin de
matriser leur langue et de la prononcer correctement.
b) Tenter d'empcher la langue parle de l'emporter sur la langue littraire
(classique) dans les mass medias audiovisuels.
c) Bien choisir les enseignants chargs d'enseigner la langue arabe.
d) Promouvoir la place de la langue arabe vis--vis de la rivalit des langues
trangres dans les coles d'enseignement, tout en astreignant ces coles enseigner
la langue arabe et les matires de l'ducation nationale et de l'histoire islamique afin
de prserver l'identit culturelle de ses enfants.
e) Inciter le monde arabe uvrer en vue d'arabiser la terminologie trangre
et d'enseigner les sciences exprimentales comme la mdecine, la polytechnique et
autres matires en langue arabe et en langue rgionale des autres pays du monde
islamique.
4. En ce qui concerne l'invasion des Etats islamiques par une culture
contemporaine qui rivalise avec nos coutumes en violation notre foi religieuse et
nos traditions culturelles, essayant de nuire aux paramtres de l'Umma et ses
sacrements, la Confrence recommande
a) D'approfondir et de confirmer les concepts du dialogue entre les religions
afin de donner plus de poids aux valeurs religieuses et morales, remplissant ainsi le
vide spirituel et moral provoqu par la courant laque et l'athisme.
b) Faire en sorte que la religion soit une matire d'enseignement dont le
rsultat doit tre ajout au rsultat total des examens.
c) Considrer la culture islamique comme matire d'tude obligatoire dans les
coles et les instituts trangers ainsi que dans les facults techniques du monde
musulman.
d) Consacrer dans les divers medias un espace suffisant pour la culture
religieuse et s'assurer du bon choix des thmes et des programmes confirmant
l'identit de l'Umma, formant des gnrations la pense et la conduite positive, les
prservant des risques de l'influence des programmes trangers.
e) La Confrence recommande aux mdias du monde islamique et en
particulier aux chanes satellites et aux rseaux de l'internet de s'accorder pour
mettre et diffuser au monde extrieur la vraie culture islamique en langue arabe et
dans les principales langues trangres afin d'enraciner les vrais concepts islamiques
chez les musulmans y rsidant et corriger les concepts errons sur l'Islam.
f) Mettre en vigueur les stratgies culturelles adoptes par les confrences au
sommet tenues au Sngal, au Maroc et Thran.
g) Promouvoir les activits de l'ECISCO, les autres institutions et organisations
culturelles islamiques et renforcer les universits islamiques sur les plans scientifique
et matriel.
h) La Confrence recommande d'exaucer les souhaits exprims par les
communauts islamiques des tats asiatique, europens et amricains tels la France,
la Belgique, l'Italie, l'Angleterre, les Etats-Unis, le Japon et autres Etats concernant
la cration dans ces pays de succursales des institutions ducationnelles et culturelles
islamiques tels Al-Azhar Al-Charif et autres institutions, d'y dlguer rgulirement
des missions et de renforcer celles dj existantes.
i) Faire revivre les coutumes, les traditions et les sunnas islamiques, et les
dbarasser de tous les usages nouvellement introduits provenant de l'Orient et de
loccident.
5. Afin de combler la faille entre les civilisations du Monde islamique et
l'occident, la Confrence recommande ce qui suit:
a) Runir les savants spcialiss des diverses disciplines exprimentales et
techniques contemporaines dans des centres de recherches scientifiques unifiant les
efforts loin des restrictions de la nationalit, leur procurant tous les moyens
ncessaires la recherche et la crativit.
b) Augmenter le nombre des missions d'tudes dlgues dans les pays avancs
afin d'acqurir le savoir-faire et l'exprience et se familiariser avec les donnes de
pointe de la science.
c) Consacrer un organisme ou une instance la tche de traduire au fur et
mesure les rsultats auxquels sont parvenus les savants l'tranger et s'en servir
dans nos universits, nos laboratoires et nos usines.
d) Perfectionner les programmes d'tude et amliorer le niveau des enseignants
dans les universits et les instituts suprieurs dans les domaines de la recherche
scientifique et technique.
Deuximement : Thme social
1. Parmi les caractristiques les plus prdominantes de la civilisation islamique,
la formation de la famille sur la base d'un mariage lgal fond sur l'affection, la
clmence et la prservation des droits de tous ses membres conformment aux
commandements de la lgislation islamique (la Shari'a), et dans ce cadre la
Confrence recommande:
a) D'aplanir les difficults qui font obstacle au mariage des jeunes.
b) D'tablir un ordre et des procdures visant amenuiser les diffrents
conjugaux et les rsoudre par des moyens simples dans le cadre de la Shari'a soit
en facilitant les procdures judiciaires soit en ayant recours l'arbitrage ou en
tablissant une banque procurant a' l'pouse et aux enfants une pension lgitime
couvrant leurs besoins.
c) De dployer les plus grands efforts afin de combattre les coutumes civiles qui
se sont infiltres dans les communauts islamiques et sont reprsentes sous des
noms diffrents par la libert des relations entre l'homme et la femme en dehors du
cadre des relations conjugales lgitimes.
2. Parmi les caractristiques de la civilisation islamique, la solidarit sociale, en
application des paroles de Dieu Tout-Puissant: "Et de ceux sur les biens desquels on
prlve un droit reconnu comme obligatoire au profit du mendiant et de celui qui est
dpourvu de tout!'* et les paroles du prophte - que Dieu le bnisse et le protge -
"Dans la fortune, il y a un droit outre la zakat". On retrouve la trace de ceci dans la
pense islamique qui concilie entre l'intrt de l'individu et l'intrt de la
communaut, reconnaissant aux premiers des droits qui ont des fonctions sociales.
C'est dans ce contexte que la Confrence recommande.
a) Que l'Etat fournisse une chance de travail tous ceux qui en ont la capacit
et la comptence de faon protger la socit des dangers du chmage.
b) Assurer un salaire minimum ceux qui sont affligs d'un capacit lgale et
ceux qui sont leur charge.
3. L'Etat dans l'Islam est une institution fonde sur la raison, il intervient de
manire raliser l'quilibre entre l'intrt des individus et celui de la communaut.
a) Que l'Etat prenne gratuitement sa charge, la fourniture des services
d'enseignement et de sant, les soins aux personnes gs, aux handicaps, aux enfants
abandonns et aux orphelins.
b) Permettre aux organisations, aux institutions, aux associations prives de
jouer un rle aidant l'Etat fournir les divers services sociaux. Les dotations
bnvoles constituent l'un des premiers systmes approuvs par la Shari `a islamique
pour entreprendre ces tches.
c) Rechercher une formule relative la faon de faire bnficier la socit
islamique de l'argent de la Zakat, soit sous forme de fonds ou d'organisations pour la
collecte de la Zakat sous le contrle de l'Etat, soit en chargeant une autorit
gouvernementale de l'accomplissement de cette tche, avec obligation de dpenser
l'argent dans ses crneaux lgitimes.
d) Imposer l'Etat et aux secteurs privs de garantir un salaire minimal en
accord avec les niveaux de vie et la protection de la dignit humaine.
4. Conformment aux principes de la solidarit entre les pays islamiques, la
Confrence recommande la coordination entre les fonds de dveloppement dans le
monde islamique afin d'en consacrer une partie qui serait utilise pour les cas
d'urgence et les catastrophes naturelles.
* Al Maarej : 24 , 25
5. Conformment aux programmes de l'Islam, relativement aux relations entre
l'homme et la femme sur la base de l'galit des droits et des devoirs tel que ceci a t
nonc dans les versets sacrs de Dieu Tout-Puissant; "Les femmes ont des droits
quivalents leurs obligations et conformment l'usage. Les hommes ont
cependant une prminence sur elles"*, et les dires du prophte - lui bndiction et
salut - "Les femmes sont des parties de l'hommes". Selon les circonstances de chaque
Etat, la Confrence recommande:
a) De permettre aux femmes d'exercer leurs droits politiques et leurs droits
civiques.
b) D'aplanir les obstacles qui empechent la femme d'exercer son droit au
travail en accord avec sa nature physique et ses responsabilits familiales.
Troisimement: Thme conomique:
Face l'emprise de la globalisation identit capitaliste, la Confrence ressent
la ncessit absolue d'une voie conomique protgeant les intrets des pays en
dveloppement et assurant les droits des pauvres. Ceci est ce que prsente l'Islam
dans sa vision conomique, reprsente par la combinaison entre la motivation
personnelle et l'intrt de la socit car l'Islam considre les deux parties comme
partenaires dans la responsabilit et la prise de dcision conomique et ne se limite
pas uniquement aux conomies du march. La vision islamique adopte galement
lunion entre les taux de croissance conomique et la justice sociale. Sur la base de ce
qui prcde, la Confrence recommande ce qui suit:
1. L'adoption du projet conomique islamique en tant qu'exemple idal de la
troisime voie laquelle rflchissent de nombreux penseurs et politiciens qui
exhortent y adhrer.
2. Etant donn que le monde contemporain est domin par les grandes entits
conomiques, l o il n'y a pas de place ou de rle aux petites entits, la Confrence
recommande en consquence l'laboration du projet conomique pour la renaissance
de la civilisation du monde islamique, fond sur la cration d'un grand bloc
conomique runissant tous les pays du monde islamique.
La Confrence considre qu'un march commun islamique serait la forme
idale pour commencer une intgration conomique du monde musulman. C'est ce
qui a t dcid au cours de la Confrence au Sommet Islamique tenue Thran en
1998.
3. L'lment humain est le principal facteur du progrs conomique. C'est pour
cela que la Confrence recommande ce qui suit :
a) L'approbation des lgislations et des principes islamiques qui organisent les
droits de l'tre humain l'enseignement, aux soins mdicaux, aux salaires et aux
autres droits.
*Al Baquara
b) uvrer mettre un terme au phnomne de l'migration des cerveaux du
monde musulmanet au rapatriement de ceux qui ont migr, en crant un climat
attrayant l'intrieur des pays musulmans.
c) Faciliter les dplacements de l'tre humain entre les frontires de la nation
musulmane.
4. La cration de capitaux est une condition essentielle la renaissance
conomique. C'est pour cela que la Confrence recommande ce qui suit:
a) uvrer attirer les capitaux investis l'extrieur de la nation musulmane
par le moyen de politiques islamiques justes, dont la cration de projets communs et
autres.
b) uvrer encourager les investissements dans les domaines du progrs de la
technologie, celle-ci tant actuellement l'un des principaux facteurs du progrs.
c) Coordonner les fonds de dveloppements et d'investissement existants dans
certains pays musulmans, ce qui donnerait l'occasion de financer les activits de
dveloppement dans les pays musulmans pauvres.
5. L'change commercial entre les pays musulmans est extrmement faible, il
ne dpasse gure l0% du total de son commerce international, ceci tant l'une des
raisons de leur faiblesse conomique. La Confrence, en appelant le monde
musulman uvrer en vue de remdier cette faiblesse conomique, recommande
ce qui suit:
a) uvrer la cration d'un centre d'informations qui fournirait les donnes et
organes travaillant dans le domaine de l'change international.
b) uvrer la cration d'un site sur l'internet fournissant les donnes
conomiques relatives aux pays islamiques.
c) Que les institutions financires du monde musulman uvrent encourager
le financement des changes entre les pays du monde musulman.
d) Dvelopper la prise de conscience conomique dans les pays musulmans tant
dans le domaine de la production que celui de la consommation.
6. Exploiter la confiance religieuse dans les institutions bancaires islamiques.
La Confrence recommande ce qui suit:
a) Tirer profit des possibilits financires existantes dans les banques
islamiques en vue du financement d'activits productrices.
b) Tirer profit des recettes des fonds de la Zakat de ces banques en vue du
financement de projets de services tels l'enseignement, les soins mdicaux et autres.
7. La Confrence recommande la tenue d'une Confrence conomique
laquelle participeraient les grands penseurs islamiques, les conomistes, les
sociologues, les hommes d'affaires, et les organisations islamiques concernes par les
affaires conomiques afin d'tablir un plan de travail dtaill visant au
dveloppement conomique dans le monde musulman. Ce plan serait bas sur
l'exploitation judicieuse de ces ressources conomiques la lumire de la modration
islamique existante sur la base de la solidarit sociale qui reprsente l'exemple idal
pour l'ide de la troisime voie dont le monde parle aujourd'hui. Cette confrence
conomique mettrait au point les plans dtaills destins l'excution des
recommandations conomiques cites ci-dessus. Elle suggrerait galement la
structure organisationnelle de l'intgration conomique dsire.
Recommandations gnrales:
Sur la base de l'unit de l'Umma islamique et de la solidarit de ses enfants, la
Confrence recommande ce qui suit:
1. La Confrence incite tous les Etats islamiques ne mnager aucun effort
diplomatique pour la mise en vigueur des accords de paix entre les Etats arabes et
Isral, afin de permettre au peuple palestinien d'obtenir ses droits lgitimes et en
premier lieu son droit l'autodtermination, la cration de son Etat avec Al Qods
comme capitale ce qui ncessite l'arrt de construction des implantations, le
changement de la nature gographique des territoires palestiniens occups, en
particulier Al Qods, et l'interruption des procdures d'exclusion et de dportation
des palestiniens loin de leurs foyers, et ncessite leur compensation des dommages
qu'ils ont subi.
2. La Confrence apprcie les efforts internationaux dploys en vue de mettre
fin au gnocide thnique des Kosovars et exhorte la communaut internationale
dployer les efforts ncessaires visant acclrer le retour dans leur pays et leur
permettre d'acqurir leur droit l'autodtermination, de mme qu'il incite les pays
islamiques augmenter leur soutien matriel afin d'aider leurs frres remdier
leur situation dsastreuse due la guerre.
3. La Confrence exhorte les Etats pakistanais et indien mettre fin leur
conflit actuel qui pourrait mener une guerre globale et les incite dployer leurs
efforts en vue de rsoudre leur conflit relatif au problme du Cachemire par les voies
et les moyens pacifiques.
4. La Confrence recommande aux Etats islamiques de multiplier les
efforts diplomatiques avec les pays o rsident des minorits islamiques en
vue de garantir l'galit entre les musulmans et les non-musulmans,
l'application des droits de l'homme leur gard, y compris leur droit la
libert de religion et de culte et leur droit de prserver leur identit
culturelle islamique.
5. La Confrence exhorte les Etats islamiques se conformer aux
prceptes de la shari'a islamique pour rsoudre les diffrends qui pourraient
se manifester entre eux par des moyens pacifiques conformment aux
paroles du Tout-Puissant. "Si deux groupes de croyants se combattent,
rtablissez la paix entre eux"*.
A ce propos, nous rappelons ce qui a dj t mentionn en ce qui
concerne la cration d'un tribunal de justice islamique.
6. La Confrence invite la communaut internationale dployer ses
efforts en vue de la mise en vigueur des rsolutions du Conseil de Scurit et
les accords de paix relatifs au retrait d'Isra Isral du Golan et du Sud du
Liban. La Confrence dnonce les raids barbares rpts perptrs par
Isral sur le Sud du Liban, en particulier la dernire agression qui a vis les
habitants civils et l'infrastructure du Liban.
Puisse Dieu nous accorde la russite.




 
Main Page Contact Us Links About Us Site Map