About Islam
Islamic Pillars
Prophetic Tradition
Islamic Encyclopedia
Non-Muslims
Legislation
Creed
Prophet's Stories
Islamic history
Islamic Architecture
Library
Islamic conferences
Islamic conferences
   Confrences \ LAHUITIEME CONFERENCE : L'ISLAM ET LE DIALOGUE CIVILISATIONNEL
 
RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS
DE LA
HUITIEME CONFERENCE GENERALE DU
CONSEIL SUP?RIEUR DES AFFAIRES ISLAMIQUES
INTRODUCTlON
Le monde est tmoin aujourd'hui de dveloppements
importants et dcisifs dans l'histoire de l'humanit,
l'issue des ralisations mondiales significantes rsultant
de la rvolution en matire d'information et de
communication. C'est ainsi que le monde, devenu un petit
village, est le point de rencontre des diffrentes civiliztions
et les cultures diverses qui, tantt ragissent positivement
et tantt s'affrontent.
Ces dveloppements sont galement alls de pair
avec lpparition de blocs conomiques et politiques entre
certains peuples voisins aux racines culturelles proches.
En mme temps, des conflits culturels, ethniques et
religieux ont clat, aboutissant la propagation du
phnomne de la violence et du terrorisme au plan
planetaire, menaant ainsi le progrs du dveloppement
social, politique et conomique de l'ensemble des pays.
Cette situation a empir encore davantage avec
lhgmonie de certaines grandes puissances sur le
destin du monde et leur alignement permanent un seul
type de civilisation, celui de la civilisation occidentale et
sa tentative de l'imposer l'ensemble des pays du
monde, alors que le foss se creuse davantage entre les
pays dvelopps et les autres nations du monde.
Tous ces dveloppements ont eu pour corollaire de
circonscrire l'impact de la religion et du comportement
honorable au sein de la socit, et de propager une
vague de corruption sociale avec la suprmatie de la
matire dans le comportement de lindividu. De mme, les
relations entre les pays ont eu pour base l'intrt
particulier du pays tout en ignorant l'intrt des autres
tats.
Les incidences de ces vnements ont eu un impact
sur la conjoncture des pays du Tiers Monde, constitus
pour la plupart de pays islamiques, ce qui est de nature
menacer le patrimoine culturel islamique, en l'exposant
maints dangers.
C'est dans ce contexte que I'Azhar Al Chrif, ainsi
que le Ministre des Waqfs, ont convoqu la Huitime
Confrence Gnrale du Conseil Suprieur des Affaires
lslamiques, sur le thme "L'Islam et l'Avenir du Dialogue
entre les Civilisations" au Caire, Rpublique Arabe
d'Egypte, au cours de la priode du 8 au 11 Rabi' Awal
1417 H. - 24-27 Juillet 1995.
La Confrence a t place sous les auspices de
Son Excellence Monsieur le Prsident Mohammad Hosni
Moubarak, Prsident de la Rpublique Arabe d'Egypte et
sous la prsidence de Sou Eminence le Grand lmam,
Cheikh de l'Azhar, Dr. Mohammad Sayed Tantawi, et de
Monsieur le Ministre des Waqfs et Prsident du Conseil
Suprieur des Affaires Islamique, Dr. Mahmoud Hamdi
Zaqzouq, avec la participation de Sa Saintet le Pape
Chenouda III, Patriarche de l'Eglise Copte d'Egypte, du
dlgu du Vatican ainsi que des reprsentants des
diverses communauts chrtiennes en Egypte et de
Monsieur Helmut Schmidt, ancien Chancellier de
l'Allemagne.
Les reprsentants des pays, organisations et
organismes suivauts ont particip la confrence:
1-Jordanie
2-Argentine
3-Erythre
4-Azerbaijan
5-Afghanistan
6-Alanie
7-Allemagne
8-Emirats Arabes Unis
9-Indonsie
10-Ouganda
11-Uzbekistan
12-Ukraine
13- Italie
14-Pakistan
15-Bahrin
16-Brsil
17-Belgique
18-Bangladesh
19-Basnia-Herzegovine
20-Bnin
21-Turquie
22-Tehad
23-Tananie
24-Tago
25-Tunisie
26-Gabon
27-Algrie
28-Djibouti
29-Zimbie
30-Zimbabw
31-Royaune dArabie Saoudite
32-Sri Lanka
33-Oman
34-Sngal
35-Soudan
36-Syrie
37-Sude
38-Sierra Leone
39-Singapore
40-Chine
41-Tazaghistan
42-Vatican
43-France
44-Palestine
45-Philippines
46-Qatar
47-Kazaghistan
48-Cameroun
49-Canada
50-Cte dIvoire
51-Colombia
52-Cango
53-Koweit
54-Knya
55-Liban
56-Libye
57-Maldives
58-Malaisie
59-Madagascar
60-Egypte
61-Maroc
62-Mauritanie
63-Macdonie
64-Norge
65-Austriche
66-Nigeria
67-Etats-Unis dAmerique
68-Liban
69-Ymen
70-Grce
Organisations
I. La Ligue des Etats Arabes
2. L'Organisation de la Confrence Islamique
3. Le Congrs du Monde lslamique
4. La Ligue Mondiale IsIamique
5. L'Organisation Islamique pour lEducation, les Sciences
et la Cultur (ISESCO)
c). Le Conseil Islamique l'internationale (le la Dawa et du
Secours.
La Confrence a t inaugure par une allocution de
Monsieur le Prsident Mohammad Hosni Moubarak,
Prsident de la Rpublique Arabe d'Egypte, prononce
par Mousieur le Dr Mahmoud Hamdi Zaqzouq, Ministre
des Waqfs et Prsident du Couseil Superieur des Affaires
Islamiques. La Confrence a dcid de la considrer
comme document de travail de la Confrence.
La Confrence a poursuivi ses travaux en sances
plnires et en
comits, au cours des quelles les 51 rapports qui lui ont
t soumis, ont t lus et examins. Ces rapports ont
port sur les axes suivants:
1. Dialogue ou conflit
2. Dialogue entre les religions.
3. Dialogue et extrmisme
4. L'Islam et la co-existence entre les hommes.
La Confrence a dsign un Comit de Rdaction
charg de rdiger les recommandations, sous la
prsidence de M. le Dr. Soufi Abou Taleb, avec la
participation de deux la reprsentants des dlgations
participantes, en vue d'laborer les projets de
recommandations bases sur l'allocution de Mousieur le
Prsident de la Rpublique, ainsi que sur les rapports
Soumis la Confrence et sur les rsultats des dbats.
Le Comit a labor les projets de
recommandations suivants:
1. Objectifs du dialogue:
L'un des objectifs principaux du dialogue entre les
civilisations et entre les religions rvles considres
comme lment fondamental de l'ensemble des
civilisations anciennes et modernes, est de paver la vois
la ralisation de la co-existence pacifique et
linstauration d'une culture d'amour, de fraternit et de
clmence religieuse remplaant celle de la haine, du
fanatisme religieux et ethnique, et 1'inculcation du respect
mutuel entre les civilisations et les religions, tout en
prservant leur droit leurs prserver leurs particularits.
En fait, l'lslam invite cela, avec la Parole divine:
Les moyens les plus srs de raliser ces objectifs sont:
I. Assurer les valeurs Communes entre les
civilisations et en tout premier lieu la croyance en Dieu et
la propagation des vertus, le respect de l'homme et la
reconnaissance de ses droits et notamment celui de la
libert de la foi et le droit de participer aux dcisions
vitales intressant la socit dans laquelle il vit, anisi que
son droit une vie dcente et l'oblention d'une partie
quitable des richesses de son pays.
2. Le rapprochement des diverses civilisations est de
nature les complter et engendrer une interaction
favorable l'humanit, puisque le pluralisme est la loi
d'Allah dans Sa Crature. Ce rsultat peut tre atteint en
insistant sur la ncessit de la reconnaissance mutuelle
entre les civilisations et les diffrentes religions rvles,
de manire que le dialogue s'tablisse entre des
partenaires gaux, tout en rejetant la politique de
suprmatie civilisationnelle raciale ou religieuse.
3. La Confrence confirme les droits des peuples
prserver leurs particularits civilisationnielles, tout en
coexistant avec les autres civilisations. Le ct matriel
de l'ensemble de lhumanit en matire d'invention et de
sciences appartient l'humanit tout entire et se
transmet d'une civilisation l'autre: Quant au ct de
lhumanit qui est reprsent par sa langue et sa culture
religieuse et sociale, il reprsente lidentit propre de
toute culture et il est du droit de chaque peuple de la
prserver.
4. La Confrence rappele que les religions rvles
dnoncent la violnce et le terrorisime. Il ne faut donc pas
associer cette accusation l'Islam. Il ne faut pas, non
plus, confondre entre le droit lgitime de dfense contre
lagression, droit qui est entrin par les instruments
internationaux aux peuples opprims ou occups, et entre
les actes criminels au titre du fanatisme religieux ou racial
sous le couvert de la religion.
5. La Confrence dnonce les actes sauvages
perptrs par certains tats contre les peuples islamiques
qui luttent pour dfendre leur droit l'auto-dtemination.
Les efforts dploys par la communaut internationale,
ses institutions et ses organismes, sont toujours
incapables de mettre un terme aux souffraces et l'injustice
subis par ces peuples.
6. La Confrence invite les peuples du monde faire
face au terrorisme et l'extrmisme et liminer leurs
causes tant politiques, conomiques, sociales ou raciales
et religieues, tout en reconnaissant le droit des peuples
exprimer leur opinion, par le biais de voies lgales.
Il serait petit-tre adquat que la communaut
internationale instaure un systme acceptable par la
socit, mme dtablir la cooperation entre les pays
qui luttent contre le terrorsime et denterprendre des
mesures collectives pour mettre un terme l'existence
dissues sres, d'assistance matrielle ou morale en
faveur des individus et des organisations terroristes.
7. La Confrence confirme l'importance de prserver
l patrimoine culturel islamique et l'identit islamique,
ainsi que celle de la mise en oeuvre des rglements
prescrits par la Shari'a islamique. Elle demande
galement la coordination des efforts dans le domaine de
l'enseignement en vue d'enseigner les religions rvles
dans leurs sens vritables, en sonlignuant les nobles
valeurs communes entre toutes les religions, et en
confirmant la continuit des civilisitions et des diffrentes
cultures ainsi que leur coexistence, tant dans les
enseignements des coles et des universits des pays
arabes et islamiques, que dans celui dautres pays.
8. La Confrence exhorte les enseignants
dispenser davantage de soins et accorder plus d'intrt
l'enseignement, la rdaction de histoire de la
Oummah islamique, la langue arabe et l'ducation
nationale De mme quil est ncessaire d'tablir une
coordination entre les cunicula des pays islamiques, en
vue de dvelopper l'appartenance et la fidlit leur
Oummah, de mme faciliter l'tablissement dun
dialogue constructif entre eux.
9. Il est ncessaire d'assurer la coordination des
efforts gouvernementaux et non gouvernementaux
destins aux affaires de la da'wa islamique tant
l'intrieur qu' l'extrieur des pays et dployer
davantage d'efforts en vue le transmettre aux Musulmans
non arabophones, ainsi quaux minorits musulmanes a'
l'extrieur du monde islamique la vritable image de
l'lslam et de sa civilisation et de les traduire dans les
principales langues trangres.
10. La Confrence exhorte les pays islamiques ainsi
que l'ensemble des institutions et organisations charges
des affaires de la da'wa islamique dployer davantage
d'efforts en vue de former des da'wa connaissant les
principales langues trangres, capables de prsenter les
vrais prceptes de l'Islam avec ce qu'ils comprennent
comme solution aux problmes de l'poque, tout en se
concentrant sur la coexistence pacifique entre les
religions et les civilisations.
11. La Confrence exhorte en outre les pays non
islamiques mettre un terme la diffusion de la culture
de haine contre l'Islam et les Musulmans et prsenter
les prceptes islamiques d'une manire honnte et
prcise.
12. La Confrence se flicite des tapes srieuses
entreprises par maints tats europens et certains pays
de l'Amrique du Nord et du Sud en vue d'accepter les
droits des Musulmans qui s'y trouvent, d'adopter la
culture et la civilisation islamique, ainsi que les vritables
enseignements de la religion- islamique que ce soit dans
les coles prives ou publiques on bien dans les centres
culturels islamiques.
13. La Confrence exhorte les pays islamiques
entreprendre des mesures diplomatiques dans ces pays
en vue de permettre aux Musulmans de pratiquer leurs
rites religieux conformment la libert de la foi et la
libert de pratiquer les rites religieux prsents par les
chartes et les codes des droits de l'homme, de faon que
l'enseignement de l'Islam et de sa civilisation figure parmi
les matires scolaires dans les coles gouvernementales,
ainsi que lajustement entre les exigences de leurs
travaux et de la pratique de leurs rites religieux.
I4. La Confrence prie instamment les pays non
islamiques de permettre aux Musulmans de suivre la voie
des lois de la Shari'a islamique, et notamment eu gard
aux questions de droit interne, savoir le mariage, le
divorce et autres, l'instar de ce qui est pratiqu dans la
plupart des pays islamiques envers les minorits
religieuses des adeptes du Livre. Cette requte est ren
force par l'existence de nombreuses communatits
musulmanes dans ces pays, dont un grand nombre jouit
de la nationalit du pays o ils rsident et paient l'impt
du sang.
15. La Confrence se flicite des efforts srieux
dploys par certaines institutions officielles et par les
socits nationales islamiques et chrtiennes en vue
d'tablir un cadre de travail conjoint en vue de consolider
et de poursuivre le dialogue entre ls religions. A la tte
de ces institutions on trouve:
a) Le Comit de coordination entre Al Azhar et le
Vatican qui a
t cr en 1996.
Ce Comit a adopt les rsolutions de la Confrence
de la Sorbonue tenue en juin 1994, organise par l'Union
internationale des Trois Religions et l'enseignment de
lIslam, dont l'une des rsolutions les plus importantes a
t de confirmer la ncessit d'largir la voie dans les
pays occidentaux en vue de prsenter la vritable image
de l'lslam. La Confrence gnrale du Conseil suprieur
des Affaires islamiques s'est flicite l'an dernier des
travaux de cette confrence.
b) Le Comit de liaison islamo-cathlolique est
compos de l'Azhar Al Sharif, de la Ligue monde
islamique, du Conseil islamique international de la Da'wa
et de secours, du Congrs du monde islamique, de
l'Organisation de la Confrence islamique ainsi que six
personnes du ct catholique nomm par le Vatican.
La Confrence lance un appel ces deuux Comits
ainsi qu' d'autres en vue de dployer davantage d'efforts
destins confirmer la coexistence pacifique entre les
religious.
16. La Confrence raffirme le rle fondamental
dploy par les divers moyens d'information en vue du
rapprochement entre les peuples, les religions et les
civilisations et les exhorte faire preuve de plus de
prcision et d'objectivit et de s'loigner des thmes
susceptibles d'engendrer la haine et l'animosit sous
toutes leurs formes, tout en dveloppant l'amour, la
fratenit et l'entente entre les diverses religions et
civilisations.
17. La Confrence exhorte les moyens d'information
dans les pays occidentaux de renouncer la politique de
haine culturelle et civilisationnelle dont ils font preuve
contre l'Islam et les Musulmans, et de ne point juger
l'Islam et les Musulmans travers les agissements
personnels anormaux que l'Islam, dans sa vritable
bienveillante image, n'approuve gure.
18. La Confreuce lance un apple pressant aux
institutions gouvernementales et non gouvernementales
des pays islamiques de renforcer les systmes audio-
visuels d'information dans les pays occidentaux en ce qui
concerne les questions et les programmes consacrs la
connaissance de l'Islam tant par l'assistance matrielle,
ou par la prsentation d'informations correctes sur l'lslam.
19. La Confrence exhorte les pays islamiques
renforcer leurs programmes culturels visant faire
connatre l'Islam par le biais de leurs canaux par
satellites.
20. La Confrence demande aux pays islamiques
d'assurer la coordination entre les programmes des
appareils d'information et culturels et les curricula des
institutions enseignantes et religieuses afin de canaliser
les oprations d'ducation sociale et notamment en ce qui
concerne l'enfance et la jeunesse.
21. L'une des questions les plus importantes qui
assombrit la limpidit de la coexistence pacifique entre les
peuples et qui constitue une pierre d'achoppement sur la
voie de la continuit civilisalionnelle, est la difficult qui
entrave les efforts internationaux destins trouver une
solution radicale la question palestinienne, de manire
assurer la scurit des peuples de la rgion, ainsi que le
droit du peuple palestinien l'autodtermination.
La Confrence se flicite des rsolutions adoptes
par la dernire Confrence arabe au Sommet sur la
question palestinienne et l'avenir d'Al Qods.
La Confrence se dclare profondment proccupe
par l'attitude du Gouvernement isralien en ce qui
concerne le droit du peuple palestinien l'auto-
dtermination, instaurer son Etat et prendre d'Al Qods
comme capitale.
La Confrence exhorte la communaut internationale
confirmer la ncessit de mettre en oeuvre les
rsolutions internationales relatives la question
palestinienne et afirme que les lieux saints d'Al Qods et
en Galile sont importants non seulement pour le peuple
palestinien seul, mais ce sont les lieux saints des
Mustilluans dans tous les coins du pays et ils n'acceptent
aucune atteinte leurs droits historiques, de mme qu'ils
considrent l'tablissement d'implantations une mesure
non lgale qui entrave la voie de la paix et laquelle il
faut mettre un terme.
22. La Confrence se flicite des mesures prises par
le Conseil suprieur des Affaires islamiques de crer un
Centre pour les tudes et les encyclopdies islamiques en
vue d'un change d'informations entre les milieux
concerns l'intrieur et l'extrieur du pays. Elle
recommade lui fournir les possibilits adquates
susceptibles de l'aider raliser sa mission.
23. La Confrence raffirme l'importance de suivre la
mise en oeuvre de ces recommandations et de consolider
la voie du dialogue entre les civilisations, et charge le
Secrtariat gnral du Conseil suprieur des Affaires
islamiques de cette mission. La Confrence invite les
pays participants cooprer, cet gard, avec le Conseil
suprieur en vue de la ralisation de ses objectfs.
Que Dieu nous accorde le succs.




 
Main Page Contact Us Links About Us Site Map