About Islam
Islamic Pillars
Prophetic Tradition
Islamic Encyclopedia
Non-Muslims
Legislation
Creed
Prophet's Stories
Islamic history
Islamic Architecture
Library
Islamic conferences
Islamic conferences
   Confrences \ La tenue de cette conférence sous l'égide de S.E.
 
L'Islam et l'Occident: Passé, Présent et avenir.

"L'ISLAM ET L'OCCIDENT: PASSE, PRESENT ET AVENIR" QUELQUES OBSERVATIONS SUR L'ENSEIGNEMENT DE LA DISCIPLINE "L'ISLAM ET L'EUROPE" AU COLLEGE D'EUROPE, BURGES.
Prof. Yordan Poev Université de Sofia "Sv. Kliment Olrridski" Collège d'Europe, Bruges, Belgique
Ma communication corpespond au titre de la conférence. Néanmoins le contenu est analysé sous un autre angle. Il s'agit de décrire d'abord comment l'élite de la jeunesse européenne conçoit l'Islam. Après, suite à une expérience limitée, on peut cerner quelques questions de la méthodologie, c'est à dire comment montrer d'une manière plus efficace à la jeunesse européenne le vrai visage de l'Islam et des musulmans.
Quelques mots sur le Collège d'Europe à Bruges. Cest le plus ancien institut d'études post-universitaires européennes qui occupe une place particulière dans le paysage académique européen et international. Son programme d'études au cours d'une année académique attribue aux étudiants le "Diplôme d'Etudes Europénnès Approfondies". Fondé en 1949, le Collège suit très étroitement l'évolution de l'intégration européenne et contribue à sa dynamique par son esprit, ses recherches et aussi par ses quelques 5000 "anciens". Un grand nombre d'eux occupent des postes dans les institutions européennes et internationales, les gouvernements et dans le monde académique.
C'est dans cette institution que depuis 1996 je suis chargé du séminaire "L'Islam et l'Europe" (25h. du cours), nouvellement introduit dans les programmes d'Etudes européennes générales et interdisciplinaires. Au cours de la présentation, j'ai annoncé que le séminaire va traiter le passé et le présent de l'Islam en tant que religion et civilisation en vue de faire ressortir les possibilités d'une coopération entre l'Europe et les pays musulmans 18 étudiants venant de 10 pays se sont inscrits à suivre le séminaire et la moitié d'eux ont présenté des "research (10-15 pages) dont les thèmes étaient choisis surtout dans le domaine des relations entre l'Europe et les pays arabes.
Une année d'expérience permet de tirer seulement quelques conclusions approximatives sur l'efficacité de l'enseignement et ses résultats. On peut affirmer que le but annoncé notamment "d'élargir, d'approfondir et de systématiser la connaissance de l'Islam et... du mode de vie des musulmans" fut atteint d'une manière satisfaisante. Ainsi nous avons pu répondre aux exigeances du deuxième but: "d'identifier les faux stéréotypes qui pèsent sur les relations entre l'Europe et le monde musulman, d'admettre et les points communs et les différences entre les deux systèmes doctrinaux et les deux sociétés" en vue d'établir des "ponts" entre les deux rives de la Méditerranée. A l'aide des connaissances acquises les étudiants doivent s'armer des idées plus précises sur les chemins vers une coopération plus étroite dans les domaines de la vie politique, économique et culturelle.
• Les grands thèmes du cours étaient:
1. Apparition et diffusion de l'Islam. Les bases de la doctrine religieuse. L'Islam et l'Etat. Conceptions sur les relations entre "la Maison de l'Islam" et le monde non-musulman.
2. Le Réveil du monde musulman. La Réforme et ses courants religieux et politiques.
3. L'Islam en Europe. Les communautés musulmanes en Europe Occidentale. Les nations, les minorités et les ethnies musulmanes dan les Balkans.
4. Le dialogue entre l'Islam et le Christianisme.
5. Les problèmes de compatibilité entre les systèmes jurdique, administratif et politique et la vie sociale des pays arabes dans le Bassin méditerranéen et l'Europe. Les initiatives d'adaptation. Solutions et perspectives.
Une bibgographie sélective comme lecture obligatoire et complémentaire fut aussi proposée. En quelques mois la Bibliothèque a acheté une centaine d'ouvraves de base, dont j'ai donné la bibliographie. Plusieurs ambassades des pays musulmans en Belgique ont répondu positivement à l'appel et ont offert des livres et des documents.
J'ai mentionné déja comme but "d'élargir, d'approfondir et de systématiser la connaissance de l'Islam". Et tout de suite je dois reconnaître avoir visé trop haut. Car en général les connaissances des étudiants concernent ce sujet au niveau académique se sont avérées quasi inexistantes. Rien de précis sur le Coran (sauf que c'est le Livre saint des musulmans), les termes "Sounna du propbète", la communauté des croyants (oumma) étaient inconnus, ainsi que les sources (usul) et les piliers (arkan) de l'Islam. Seuls les étudiants espagnols et maltais avaient certaines idées sur l'apogée de la civilsation musulmane. Et en plus: les étudiants ne savaient rien sur les "Tanzimats" dans l'Emipre ottoman, l'étudiante candienne n'avait aucune idée sur les Croisades, à ma question de prèciser la situation dans la Méditerranée aux cours du XIXs. un étudiant français a dit seulement que "La France avait eu des difficultés avec l'Algérie".
Il falait donc commencer à expliquer ce que c'est l'Islam dès le début ce qui a diminué sensiblement les heures consacrées à la discussion. Les étudiants ont montré d'abord une curiosité bienveillante suivie d'attitude respectueuse envers l'Islam. La reconnaissance de sa contribution dans le patrimoine de l'humanité et la compréhension vis-à-vis de la situation des pays musulmans d'aujourd'hui les ont pousés à chercher des voies vers la coopération sans esprit de supériorité et d'européocentrisme. Les livres d'Edouard Soï et de Maxime Rodinson, la discussion menée dans les éditions de l'IMA à Paris ont joué un rôle efficace dans ce domaine.
Tout d'abord la majonté des étudiants considéraient l'Islam comme religion tout à fait à part et negligeaient ses liens avec les deux religions célestes qui l'ont précédée. La lecture de quelques sourates du Coran et des commentaires faites par les ulémas d'une part et par les orientalistes d'autre, ont aidé les étudiants à saisir les points communs et les différences dans les domaines du dogme. Ils ont compris le fait que le Christianisme, le judaïsme et l'Islam croient en Révélation c'est à dire que Dieu a parlé aux hommes, qu'il est intervenu dans l'histoire et s'est adressé à eux par sa Parole transmise par les prophètes. Ces trois religions forment le groupe des “révélations prophétiques”, alors que les grandes religions asiatiques seraient des "religions mystiques". Cette foi en la Parole de Dieu révélée consiste à "recevoir Dieu de Dieu", à accueillir Sa Parole qui nous dit qui Il est, qui nous sommes et quel est le sens de l'existence humaine.
J'ai donc expliqué que le procesus de la Révélation en Islam et dans le christianisme comporte les mêmes éléments: La Parole de Dieu, le prophète qui transmet cette Parole et l'Ecriture qui la consigne. La différence entre les dogmes de deux religions concerne l'Identité de la Parole de Dieu. Pour la foi musulmane la Parole de Dieu est le Coran, son texte et contenu. Le Prophète n'est pas la révélation, ni la Parole de Dieu mais son transmetteur. Pour le Christianisme la personne Jésus est le Verbe (la Parole de Dieu) entré en personne dans le monde. Ainsi le Coran, Parole de Dieu, tient pour le musulman la place que tient Jèsus-Christ, Parole Dieu, pour le chrétien.
J'ai aussi soulevé les problèmes de l'attitude des musulmans envers la Trinité, l'incarnation, le peché originel et la redémption. Les étudiants ont pris des notes, tout en soulignant que ce sont des problèmes qui doivent être l'objet de discussions entre les théologiens. La même attitude envers les branches dans l'Islam. Ils ne se sont donc guère occupés des problèmes de l'histoire des relations entre les adeptes de deux religions. Ils considèrent avec la même serénité les Croisades (qui servent comme preuves de l'injustice des Chrétiens vis-à-vis de l'Islam) et l'invasion ottomane dans les Balkans et l'Europe centrale. Aussi les problèmes de l'expansion impérialiste européenne dans le monde musulman au cours du XIX- premières décennies XXs. La décolontiation est terminée avant qu'ils soient nés, et pour eux c'était presqu'en même temps que la Deuxième guerre mondiale. Parler des vicissitudes du colonialisme européen est donc parler de la politique de l'Allemagne et de l'Italie pendant la Deuxième guerre mondiale. L'important pour eux est de regarder la réalité de nos jours et proposer des voies.
Une partie des heures d'introduction fut consacrée à la Réforme en Islam. J'ai souligné que comme la Réforme dans le monde chrétien, elle consiste dans la ‘révision" du système idéologique et de la pratique religieuse des musulmans. J'ai aussi expliqué que les réformateurs tentent de donner aux prescriptions musulmanes concernant la vie soiale un sens qui correspond aux exigences du monde contemporain et ainsi de répondre aux aspirations des croyants à l'émancipation politique et culturelle. Les étudiants ont bien saisi le sens et les conséquences à court et à long terme de ce processus historique qui continue à nos jours. Ainsi l'oeuvre théologique et les activités politiques d'Afgnani et Kawakibi, d'Abdou et de S. Ahmad Khan ont été très hautement appréciées. Les réticences de R. Rida vis-à-vis des réformes kémalistes visant l'européanisation à l'outrance ont été accueillies avec compréhension.
La situation actuelle dans le "Foyer de l'Islam" et l'état et les activités des différents courants politico-religieux furent analysés surtout à l'aide de leurs documents respectifs: "La philosophie de la Révolution": "La Charte nationale" algérienne du 1976, "Le Livre vert", Les discours d'Ayatollah Khomeini et de Bourguiba, Passages choisis des oeuvres de S. Qutb et de "L'Obligation absente" d'Abdel Salam Farag, etc.
Néanmoins l'accent fut mis sur les documents qui expriment le consensus des pays musulmans notamment les documents de l'Organisation de la Conférence Islamique. Les étudiants ont analysé en profondeur La Déclaration de La Mecque (19-22 Rabi' al-Awal 1401 A.H./ 25-28 janvier 1981 A.D.) du III Sommet Islamique et la Déclaration de Casablanca du VII Sommet Islamique (13-15 decembre 1994). Ces documents montrent le véritable image de l'Islam fondé sur la tolérance, le dialogue et la sauvegarde de la dignité de l'homme dans toutes ses dimensions: politique, économique, sociale et culturelle. Il devient clair que les dirigeants musulmans appellent à la poursuite de l'évolution du monde contemporain en adoptant une optique islamique, éclairée, loin de tout extrémisme ou fanatisme.
Nous avons aussi procédé à l'étude comparée de la "Déclaration islamique universelle des droits de l'homme", (élaborée par le Conseil Islamique pour l'Europe et procamée le 19 septembre 1981 dans les locaux de l'UNESCO à Paris) et la "Delaration Universelle des Droits de l'homme". Cette étude s'avera aussi très utile car elle montrait le cadre des perspectives de la coopération et même de l'intégration future dans les domaines politique, économique et culturel entre les deux rives de la Méditerranée.
Quelques heures du Séminaire étaient consacrées au dialogue entre les musulmans et les chrétiens. Les étudiants ont pris connasissance des positions respectives des deux côtés, du côté musulman les positions des différents courants ont été analyseés. L'accent fut nus aussi sur les documents les plus importants du Concile Vatican II, surtout lumen Gentium (Constitution dogmatique de l'Eglise -21.11.1964) qui déclare les musulmans et les Juifs "ordonnés" au peuple de Dieu. Les Musulmans sont "un peuple qui reconnaît le Créateur, qui professe la foi d'Abraham, qui adore le Dieu unique et miséricordieux, qui jugera les hommes au Dernier Jour... "Les étudants ont aussi dicuté "Nortra Aetate" (Declaration sur les relations de l'Eglise avec les religions non-chrétiennes- 28.10 1965) qui déclare que "L'Eglise regarde aussi avec estime les Musulmans qui adorent le Dieu un, Vivant et Subsistant, Miséricordieux et Tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre, Qui a parlé aux hommes. Ils cherchent à se soumettre de toute leur âme aux décrets de Dieu, même s'ils sont cachés, comme s'est soumis à Dieu Abraham, auquel la foi islamique se refère volontiers. Bien qu'ils ne reconnaissent pas Jésus comme Dieu, ils le vénèrent comme Prophète, ils honorent sa Mère virginale Marie, et parfois même l'invoquent avec piété. De plus ils attendent le Jour du jugement, où Dieu rétribuera tous les hommes ressuccités. Aussi ont-ils en estime la vie morale et rendent-ils un culte à Dieu surtout par la prière, l'aumône, le jeûne."
Ces textes (d'ailleurs totalement inconnus aux étudiants) ont renforcé la conviction optimiste quant à l'avenir des relations entre l'Europe et les pays musulmans. Les étudiants ont réalisé que, si au cours des siècles, de nombreuses guerres, dissensions et inimitiés se sont manifestées, aujourd'hui un nombre de plus en plus grand de chrétiens et de musulmans cherchent les voies vers la compréhension mutuelle, ainsi qu'à promouvoir ensemble les valeurs morales, la paix et la liberté.
Il est heureux de voir les jeunes européens et américains, qui au début de l'année scolaire ne connaissaient presque rien de l'Islam, se familiariser petit à petit avec ses principes et prescriptions. Vers la fin dans leur "research papers" ils ont même pu traiter des problèmes tels que "Islamic Banking", "Islam and Democraty: “The Possibilities of a Predeterminate Path", "le rôle des femmes dans la vie politique et sociale des pays musulmans" et aussi "Les perceptions des politiques de sécurité de l'Europe Ocidentale en Afrique du Nord. Mais c'est nous, la menace?"
Et pour terminer je voudrais citer la conclusion du Prof. R. Picht, Dircteur du Département d'Etudes Européennes Générales et Interdisciplinaires. Cette conclusion est tirée des évaluations des étudiants faites à la fin de l'année (et avant les examens). "Le fait d'enseigner l'Islam dans son contexte historique et religieux qui permet seul de comprendre les problèmes actuels rencontre l'approbation générale et l'enthousiasme de nombreux étudiants". Une telle méthode donc s'avère fructueuse, les résultats sont encourageants et il ne reste qu'à l'améliorer.




 
Main Page Contact Us Links About Us Site Map