About Islam
Islamic Pillars
Prophetic Tradition
Islamic Encyclopedia
Non-Muslims
Legislation
Creed
Prophet's Stories
Islamic history
Islamic Architecture
Library
Islamic conferences
Islamic conferences
   Confrences \ La tenue de cette conférence sous l'égide de S.E.
 
Vers une axiologie commune à l'Islam et à l'Occident

"Vers une axiologie commune à l'Islam et à l'Occident"
Dr. Francis G. LAMAND
International Lawyer
Les relations entre l'Islam et l'Occident ont oscillé, dans l'Histoire, entre l'antagonisme et la coéxistence, et se caractérisent aujourd'hui par une dualité sensiblement différente: antagonisme et complémentarité.
L'image de l'Islam est, actuellement, toujours négative dans les pays d'Occident. L'Occident est toujours enfermé dans une vision passéiste de l'Islam, une nostalgie de l'hégémonie et de l'orientalisme.
L'orientalisme est mort en tant qu'espace d'analyse mais survit encore en tant qu'esprit, en tant que regard d'un monde sur l'autre.
De surcroît, la conclusion qui s'est installée dans l'opinion occidentale entre l'Islam et le comportement de certains musulmans, qui se recommandent de l'Islam pour se livrer à des actions de violence ou de terrorisme, contribue malheureusement à projeter en Occident une image défavorable de l'Islam.
L'image de l'occident n'est pas meilleure dans les pays islamiques, qui se représentent souvent l'Occident comme un monde corrupteur et dominateur, susceptible de porter atteinte aux principes et au mode de vie de la communauté musulmane, fondés sur la Sha'ria.
L'Islam et l'Occident néanmoins, sont appelés à développer des échanges culturels, économiques et politiques dans l'avenir, à la fois parce que les valeurs éthiques qui les caractérisent sont issues d'un fonds abrahamique commun et parce que la constitution et la convergence de grands ensembles politiques ou économiques, à l'intérieur d'espace nouveaux, conduisent à un inévitable rapprochement entre le monde islamique et le monde occidental.
Nous croyons possible une axiologie commune entre l'Islam et l'Occident. Nous prenons "axiologie" dans le sens de dynamique des valeurs communes, et non pas dans le sens d'approche critique: c'est à dire dans le sens de l'ouverture qui est celui du logos.
Cette axiologie, pour atteindre la finalité du rapprochement doit être à la fois socio-culturelle, spirituelle, économique:
1. L’ axiologie socio-culturelle:
L'axiologie sociale est constituée par les principes qui fondent l'ordre public de tout type de société. Ces principes sont les valeurs de société qui caractérisent autant l'Islam que l'Occident et que l'on peut définir comme étant les intérêts reconnus par la communauté (qualifiée de ‘corps social" en Occident), qui s'inscrivent dans le code des comportements individuels ou collectif.
Ces valeurs de société sont liées entre elles par une valeur essentielle qui en est le véhicule: le sens communautaire.
Ce sens communautaire, qui s'intitule "sens civique" dans les sociétés occidentales laïques, a régressé en Occident, bien que la notion de "bieu commun" se situat au coeur de la philosophie chrétienne médiévale, dans la pensée de Saint Thomas d'Aquin.
Ce sens communautaire a été préservé en Islam, parce qu'il est édicté par le Coran ("Que soit parmi vous une Communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable et interdise le blamable": Coran. III. 104) et parce qu'il permet à la famille des croyants d'assumer la finalité de leur unité et de leur solidarité. C'est le sens communautaire, c'est à dire le sens du dévouement de chaque croyant, de chaque membre de la Communauté au service des autres, qui permet à l'axiologie sociale d'être une réalité, en orientant les valeurs de société vers le bien de la Communauté.
Nous croyons que les pays d'Occident peuvent s'inspirer du sens communautaire islamique pour retrouver la plénitude du sens civique qui tend à disparaître des sociétés qui se composent.
2. L’ axiologie spirituelle:
La spiritualité est un élan commun aux trois Religions Révélées, élevant l'Homme, créature de Dieu vers son Créateur. La spiritualité est le chant de tout croyant en quête de transcendance.
Le dialogue inter-religieux entre les communautés juive, chrétienne et musulmane, qui s'est dévoloppé depuis les deux dernières décennies, a permis de renforcer l'axiologie spirituelle commune entre l'Islam et l'Occident.
L'Occident, néanmoins a payé son essor scientifique et technologique vertigineux d'une oblitération du sens du sacré. Si l'Occident sert l'humanité par ses découvertes scientifiques, il tend malheureusement à se désacraliser, en réduisant les distances entre la créature et son Créateur. Dieu est le seul Maître du monde et le sens du sacré doit permettre à tout croyant de considérer la connaissance comme un don de Dieu et non comme un pouvoir de l'homme. La société occidentale s'est désacralisée et l'Occident peut se tourner vers l'Islam pour réapprendre le sens du sacré, en tant que force d'élévation et de distance entre la créature et le Créateur.
3. L'axiologie économique:
L'apparition récente des concepts de mondialisation et de globalisation, à caractère économique, répond à une poussée idéologique visant à la convergence des marchés et, plus généralement, à l'émergence d'une économie globalisée, c'est à dire à l'interpénétration des économies.
L'Islam et l'Occident se trouvent irrésistiblement poussés l'un vers l'autre dans une orientation nouvelle qui tend à traiter les besoins sociaux communs par des moyens communs, et à fonder une complémentarité économique commune, génératrice de solidarité.
L'Occident a forgé dans son histoire des systèmes économiques qui ont instauré alternativement le capitalisme, le socialisme et le capitalisme "social". il n'y a pas de divergence irréductible entre les systèmes économiques occidentaux et l'économie islamique.
En effet, l'idéologie coranique est favorable à un capitalisme "social", fondé sur une analogie des fins et de moyens, sur équilibre de principe et sur l'impératif de justice sociale.
La finalité de l'économie islamique et l'homme, créature de Dieu, l'homme et non le profit.
L'apport de l'économie islamique à l'Occident est possible, souhaitable, nécessaire, pour tempérer la logique implacable des rapports de force et fonder la dimension humaine du développement, c'est à dire pour réaliser l'axiologie commune entre l'Islam et l'Occident.
Dr Francis G. LAMAND
International Lawyer
Date of Birth: 9th March 1932
- Barrister-at-Law at the Paris Court of Appeals: 1958-1997.
- Professor of the Institute of Financial Science: 1964-1967.
- Doctor of Laws LL.D.: 1965.
- Professor of the French Faculties of Law: 1965-1970.
- Cooperation Counsellor to the French Embassies in the Arab States of the Gulf (Kuwait): 1970-1975.
- Professor of the Islamic Law Faculty at the University of Kuwait: 1973-1975.
- Secretary General of "Islam and the West" (Paris) 1986-1981.
- President of "Islam and the West": 1982-1997.
- Member of the Center of Conciliation and Arbitration of the "Union of Arab Banks" (Beirut, Lebanon): 1986-1997.
- President of "La Torre de la Calahorra" (Cordoba, Spain): 1990-1994.
- Official Arbitrator of the International Chamber of Commerce (Paris): 1985-1997.
- Doctor "honoris causa" o! Selçuk: University (Konya, Turkey): 1993.
– Consultant to the Jeddah Chamber of Commerce and Industry (Saudi Arabia): 1993-1997.
- Consultant to the Islamic Development Bank (Jeddah, Saudi Arabia): 1995-1997.




 
Main Page Contact Us Links About Us Site Map